Ma pratique de la thérapie de couple et du conseil conjugal

Ma pratique de la thérapie de couple et du conseil conjugal

Mes publications

Alice de Lara


INTERVIEW D'ALICE DE LARA

Alice de Lara, pouvez-vous nous présenter votre pratique de thérapeute de couple?

AL: Je reçois les personnes ayant des difficultés conjugales ou familiales, seules ou en couple.

Lorsqu'il s'agit de demandes émanant d'un couple, je préfère, dès le premier entretien, recevoir les deux personnes ensemble car cela me permet de mieux comprendre leur fonctionnement, d'écouter leur histoire de couple perçue par chacun et d'avoir une vision d'ensemble. Je mets l'accent sur leur ressenti car ils viennent me consulter à un moment particulièrement difficile de leur vie conjugale (crise, conflit, projet de séparation...).

Cette expérience de la consultation à deux, en Conseil Conjugal ou en Thérapie de couple, leur fera prendre conscience de l'importance d'avoir l'accompagnement et le regard extérieur d'un professionnel sur leur relation de couple, dans un contexte contenant inhabituel au leur et de renouer leur dialogue souvent interrompu.

Vous arrive t-il cependant de recevoir les deux personnes séparément?

AL: oui, le cas le plus fréquent se présente au début du processus, quand l'un des deux me demande à être reçu (e) seul (e) tout d'abord. Je le reçois donc, dans un premier temps, mais, par souci d'équité, j'invite l'autre à me consulter après également.

Cet entretien avec chacun doit se limiter à une seule rencontre car la thérapie de couple ou le conseil conjugal, selon moi, doit se pratiquer avec les deux personnes réunies et non de façon alternative. Ainsi, ils pourront se sentir en position d'égalité vis à vis de moi, en toute transparence.

D'ailleurs, dès le premier appel, j'insiste sur l'importance pour le couple de démarrer leur démarche ensemble, si cela est possible, et je leur en explique les avantages: égalité, expression de leur difficulté face à l'autre, reprise de la communication, non sentiment "d'alliance" avec le thérapeute...

Quel est le cadre de votre pratique?

AL : Je reçois dans deux lieux de consultation: mon cabinet, situé dans le 20ème arrondissement de Paris et mon domicile, dans le 16ème arrondissement. Cette bipolarité géographique me permet de répondre plus rapidement aux demandes.

Les séances en couple durent environ une heure et quart et ce, tout au long de la thérapie. Ce temps, assez long, permet aux deux protagonistes de s'exprimer, d'échanger, de renouer le dialogue...Mon intervention de conseillère conjugale ou de thérapeute de couple vise à les aider dans ce sens, afin de leur faciliter leur élaboration et de leur permettre de se réparer et de répondre à leur attente.

Au cours de ces échanges, ils peuvent parler de leur ressenti, de leur colère, de leur souffrance, de leurs reproches...il s'agira pour moi de resituer ces émotions dans le contexte de leur histoire personnelle et conjugale et de tenter d'en faire avec eux une analyse.

Combien de temps peut durer une thérapie et quel est le rythme des séances?

AL: il est très difficile d'évaluer la durée de ce type de travail de psychothérapie. Certains couples, qui traversent une crise passagère, peuvent trouver un meilleur équilibre au bout de quelques séances. D'autres, confrontés à des crises répétées ou à des problématiques plus conflictuelles et durables, auront besoin d'un travail de thérapie de couple plus approfondi.

Le rythme des séances est variable, en général une fois tous les quinze jours, mais il peut arriver que, au moins pendant un certain temps, les séances soient plus rapprochées, à raison d'une séance par semaine. La périodicité est fonction de chaque cas et elle est discutée régulièrement avec le couple. Chaque situation est spécifique car les besoins de chacun sont différents.

Pouvez-vous évaluer les effets bénéfiques sur le couple de ce type de thérapie?

AL: la réponse est nuancée. Je peux mesurer le caractère positif du travail accompli lorsque le couple, après plusieurs séances, m'exprime une amélioration de sa relation, un apaisement et une atténuation des raisons qui ont motivé sa démarche.

Mais, parfois, les situations sont plus complexes et l'évaluation est moins évidente. Il faudra du temps pour obtenir des résultats tangibles.

Cependant, quelle que soit l'issue du travail, le fait de "libérer la parole" apporte toujours un soulagement du fait d'être écouté par son conjoint, en présence d'un tiers.

Mon travail consiste aussi à leur rappeler les valeurs communes sur lesquelles ils ont tissé leur lien, construit des projets et fondé une relation plus solide qu'elle peut leur apparaître dans cette phase difficile de l'évolution de leur couple.

Quelle est votre formation et votre expérience dans ce domaine du conseil conjugal et de la thérapie de couple?

AL: mon intérêt pour les questions conjugales et familiales est ancien. J'ai donc choisi de me former à l'écoute de ce type de problématiques.

Je me suis orientée vers l'AFCCC (Association Française des Centres de Consultation Conjugale) qui est un lieu de formation sérieux et reconnu dans ce domaine et ma formation avec cet organisme, d'abord dans le Conseil Conjugal et Familial, ensuite dans la Thérapie de couple, a duré plusieurs années.

Par ailleurs, ayant constaté que, malheureusement, les séparations et les divorces se banalisaient et généraient, aussi bien chez les couples que chez leurs enfants, des souffrances et des conflits très douloureux, j'ai décidé d'effectuer une formation de Médiateur Familial à l'Université de Paris X Nanterre et j'ai validé un DU (Diplôme d'Université), puis le Diplôme d'Etat (D.E.).

Ainsi, depuis plus de quinze ans, après avoir travaillé dans diverses associations, j'ai choisi d'exercer uniquement en libéral comme Conseillère Conjugale et Familiale, Thérapeute de couple et Médiatrice Familiale. Je me suis donc forgée une solide expérience que je mets au service des couples qui me font l'amabilité et la confiance de me consulter.

J'ai vu que vous aviez une participation médiatique?

AL: en effet, j'ai participé à plusieurs émissions de radio, notamment récemment sur Sudradio et de télévision, sur France 2, dans les émissions "Toute une histoire", de Sophie Davant et "comment ça va bien!", de Stéphane Bern.

Dans le passé, je suis intervenue dans l'émission "On n'est pas que des parents", sur France 5, animée par Karine Lemarchand.

D'autre part, je suis coauteure du livre Parlons Psy, éditions l'Archipel, écrit avec les autres membres de l'association Thérapies-Conseil dont je suis membre depuis plus de dix ans.

A ce propos, appartenez-vous à des associations professionnelles?

AL: oui, en dehors de Thérapies -Conseil, dont je viens de parler, je suis membre de l'AFCCC, où j'ai effectué ma formation, de l'ANCCEF ( Association Nationale des Conseillers Conjugaux et Familiaux) et de l'APMF (Association Pour la Médiation Familiale).